Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

vendredi 28 février 2014

Ecce homo…



C'est l'ami Laurent Duval qui m'a fait remarquer la chose : le yack n'est au fond qu'une variété de bœuf, et… qu'y avait-il dans la crèche de Bethléem, hein ?
Entre autres, selon la vulgate, un âne et un bœuf… Ce qui nous donne donc :

Ecce homo : âne, yack
— tel fut celui qui était appelé à régner.

Donc une sorte de Weaver, au final, comme le développait naguère amplement l'ami Guetch en un triptyque — presque un retable — (ici, et ) dont le premier volet préfigurait déjà ce billet-ci, du moins si l'on s'en tient à ces vers :

R’v’nons à Li et son œilleton :
En Français « Judas »,
Du nom d’çui qu’encuda
Le Jésus-Christ, à ç’que dit-on…

L'underground musical français post-68 et pré-punk


Tel était l'intitulé de l'intéressant Atelier de la création diffusé le 14 février dernier, consacré à cette « musique de drogués ».

Transformer le monde, changer la vie, composer sans entraves : un seul et même mot de désordre !


jeudi 27 février 2014

Quand Barack cassait la baraque (au bas mot)…



Le soi-disant maître du monde traîne certes pas mal de casseroles mais, tout de même…
qui aurait cru qu'il avait jadis fait chanter Ella Fitzgerald ?!

L'éternel retour du même




Une merveille de court-métrage de 1977, découvert grâce à l'ami Thierry Horguelin dont on avait vanté ici-même le film La part de l'ombre, qu'il a co-scénarisé.

On peut aussi regarder' le film sans les sous-titres sur Délimocheune.

mardi 25 février 2014

Quatorze récits d'Auschwitz



C'est une entreprise de longue haleine, qui a débuté aux États-Unis après la télédiffusion du feuilleton Holocauste à la fin des années 1970. Des milliers de survivants qui se taisaient depuis des décennies se sont alors décidé à prendre la parole, à raconter leur propre histoire de miraculés.
En France, quelque cent trente témoignages filmés furent recueillis à partir de 1991, parmi lesquels en ont été choisis quatorze qui on donné lieu à une diffusion sur la chaîne Histoire en juillet 2002, puis à l'édition d'un coffret de trois DVD chez MK2 en 2005.

En octobre 2002, l'intégralité de la bande sonore de cette série était diffusée sur France Culture, au cours d'une semaine spéciale de Surpris par la nuit :


Merci à Nessie, de la liste ANPR !

samedi 22 février 2014

Morelli chante Maître François



Hé bien voilà, tout finit par arriver !
Réclamée à cor et à cris par les copains de Dans l'herbe tendre, notamment Elliott et Jules durant leur émission de décembre 2013 (environ une heure et quatre minutes après le début de l'émission), voici enfin la numérisation du vinyle Chevance 74496 de Monique Morelli, François Villon (musique de Lino Leonardi), réédité chez EPM mais épuisé en CD :



vendredi 21 février 2014

« Le génie ça démarre tôt
mais des fois ça rend marteau… »



France Culture proposait dans la nuit du 26 au 27 janvier une Nuit rêvée de Fabrice Luchini, qui a eu la bonne idée de donner à entendre la fameuse conférence du Vieux-Colombier du 13 janvier 1947 d'Antonin Artaud, ici déclamée par Philippe Clévenot en septembre 2011 :



En bonus, une autre émission que l'on a pu entendre lors de cette même nuit, un entretien rarissime avec cet autre fou furieux qu'était Céline (contrairement à ce qu'annonce Philippe Garbit, il s'agit en fait du premier volet de la série) :



Et puis tiens, tant qu'on y est, voici l'intégrale de la série, grâce aux bons soins de Cécile, de la liste ANPR. Ça complète bien le double CD édité par Frémeaux, Anthologie Céline 1894-1961, qui contient d'ailleurs l'incroyable entretien avec Alfred Zbinden audible ici dans le troisième volet, où Céline avoue avoir eu l'orgueil de se prendre pour Louis XIV ou Louis XV et compare les Juifs à « une secte comme les Templiers ou les Jansénistes, n'est-ce pas… », sans rien renier de son antisémitisme forcené :




jeudi 20 février 2014

Nouvelle moisson de gombrowiczeries


Plusieurs émissions diffusées sur France Culture au fil des trente dernières années, récupérées une fois de plus grâce à l'ami Nessie, de la liste ANPR et du forum Regards sur France Culture. Dans son extrême générosité, il m'a communiqué les codes d'accès à son compte MediaFire en précisant ceci :
« Le mieux est d'entrer dans le compte pour te servir. J'ai simplifié au maximum puisqu'il n'y a plus qu'un dossier unique, où je rangerai au furet à mesure (le furet est un animal qui sert à mesurer le degré de rangement d'un tiroir de cuisine où en général il commence à foutre le bordel ; il y retourne tout et barbote les bouchons de champagne ainsi que les accessoires en caoutchouc qu'il va ranger dans une planque à trésors connue de lui seul donc je reprends) j'y rangerai au fur et à mesure les dépôts, et il suffira de le laisser en classement chronologique inversé pour que chaque livraison soit accessible rapido. »

Dans cette malle aux trésors, il y a tout d'abord une adaptation en deux parties de La pornographie, diffusée les 11 et 18 septembre 1980. Je crois me souvenir que ce roman a été adapté une deuxième fois à la fin des années 90 — un feuilleton sur deux semaines, dont je dois avoir des cassettes quelque part — mais je n'ai pas encore réussi à remettre la main là-dessus.

Un Nuits magnétiques du 7 mars 1984, « Futur antérieur : Witold Gombrowicz », que j'avais déjà proposé voici plus de trois ans ici (avec d'ailleurs une erreur sur la date de première diffusion) mais cette fois l'émission est complète et le son bien meilleur :
Le 26 mai 1988 la station donnait à entendre « Nouvelles de Pologne », une sélection des Souvenirs de Pologne qui avaient justement été écrits pour Radio Free Europe mais jamais diffusés à l'époque :
Une série de dix émissions diffusées en juillet 1994, Pages arrachées à Witold Gombrowicz :
Une adaptation de la nouvelle éditée dans le recueil Bakakaï, « Le festin chez la comtesse Fritouille », diffusée le 14 avril 1996 sous le titre « Un festin » :
Enfin, un Surpris par la nuit du 12 avril 2001, « Gombrowicz et la forme théâtre » :

vendredi 14 février 2014

Frères & sœurs & embrouilles


Une sorte de joute virtuelle entre Bourvil et Boby Lapointe, bien à leur insu…









(Celle-là me fait toujours penser, façon inversée, au merveilleux et touchant roman d'Italo Svevo, La conscience de Zeno)

lundi 10 février 2014

Frédo (ter)
(c'qui vaut mieux qu'des frais d'notaire mais sans doute moins que Fred Astaire…)



Une énième mouture de Frédo, la chanson de Bernard Dimey, cette fois bien complète de son dernier couplet mais dans une version encore calamiteuse enregistrée le 9 novembre dernier lors du dernier Radio-crochet des Condos, interprétée cette fois par un certain trio « Dimey 68 » (calembour qui n'augurait rien de bon…) :



samedi 8 février 2014

Littératurupture
(Là, [on] cause du peuple ?)



Un Atelier de Création Radiophonique de René Farabet datant du 8 février 1970, voilà 44 ans, et récupéré (une fois de plus !) grâce à la liste ANPR : « Littérature-Rupture ». Un OVNI radio sacrément plaisant par son aspect foutraque, mais ô combien riche !
Hé oui, France Culture méritait bien son nom, à cette époque…

vendredi 7 février 2014

Le conisme, c'est pas pour les connards !






Merci à Jules Vallès, de L'herbe tendre !

jeudi 6 février 2014

Spinoza et la vie des autres



Une conférence limpide de l'éminent et réjouissant Steven Nadler donnée à l'ENS-Ulm le 22 mai 2012, récupérée grâce à l'ami Fred de la liste ANPR, Hey !



mercredi 5 février 2014

Le pont de la Guillotière



Encore une que je cherchais depuis des années, récupérée depuis un site russe en cyrillique assez généreux : une chanson antimilitariste de l'Ancien Régime, reprise en 1976 par un éphémère groupe lyonnais, Le Grand Rouge :



Petite déception, cependant, car là c'est une sorte de medley alors que dans mon souvenir la chanson était beaucoup plus développée et achevée dans l'interprétation de l'ami Patrick Ducome, qui m'avait fait découvrir cette merveille.

Topor enchanteur en chansons



C'était le 23 mars 1995, à la Fondation Cartier, à Paris.
Une troupe de comédiens interprétait des chansons de Topor, qui était présent dans la salle, et France Culture avait retransmis ça deux mois plus tard en cinq émissions de Coda étalées sur une semaine, du 23 au 27 mai :



Merci, la liste ANPR !

lundi 3 février 2014

Chansons de saillies (encore une)



J'avais commencé voici deux ans à recenser une liste que j'aimerais exhaustive des chansons françaises à fausses rimes, dont la plupart datent des années trente.
Hé bien voici que grâce à l'émission Chanson Boum ! d'Hélène Hazéra j'en ai découvert hier soir une autre, tout à fait plaisante — même si les astuces sont toujours peu ou prou les mêmes mais la chose est quasi inévitable — : À mots coupés, de M. Montier et H. Rawson, interprétée par un certain Latry.
Ce dernier avait d'ailleurs également chanté, du même Montier, Ouvr' la f'nêtre, qui m'avait aiguillonné sur ce genre très particulier de chansons (et je ne m'aperçois qu'aujourd'hui que ce titre prend à notre époque dominée par Ouinedose un sens auquel ne songeait certes pas l'auteur…)



Allez, pour le coup on se remet une dose (oui, une dose…) d'Ouvr' la f'nêtre, interprétée cette fois par un trio calamiteux au Radio-Crochet des Condos à l'automne dernier (je préviens tout de suite que le son est presque inaudible et la prise de vues pour le moins chamboulée) :